Algeria Adventure

rejoignez-nous sur facebook !

Vivez une expérience unique dans le plus beau désert au monde...

Taghit

Taghit est une commune de la Wilaya de Béchar en Algérie, située à 93 km au sud-est de Béchar, et à environ 1100 km au sud-ouest d’Alger.

La région de Taghit s’articule autour d’une palmeraie longue de plus de 20 km. Elle se situe entre le Djebel Baroun et les dunes du Grand Erg Occidental. Très ancienne zone de peuplement, la ville est connue pour ses gravures rupestres de la région de Taghit datant du Néolithique. 

Une des plus fascinantes oasis du désert algérien, coincée entre une rivière de palmeraies et une mer de sable. « Enchanteresse », « panoramique », « mirifique », « magique » … les qualificatifs peinent à la décrire. On l’appelle « L’enchanteresse ». 

Un qualificatif qui lui va comme un gant tant cette destination touristique est fascinante par son vieux ksar, ses immenses dunes, ses maisons en « toub » rouge, sa palmeraie verdoyante, ses gravures rupestres millénaires, ses maisons d’hôte traditionnelles et l’hospitalité légendaire de ses habitants. 

Taghit est l’une des plus belles oasis du Sahara, Le Grand Erg Occidental avec ses forêts pétrifiées, ses surfaces hérissées de silex taillés, ses puits naturels, sa mer de sable et ses sites préhistoriques… 

Dépaysement garanti ! Les endroits que vous devrez sans doute visiter : Le vieux ksar Explorer le vieux ksar. Il se dresse sur le point le plus haut de la ville. Vue imprenable sur les dunes dorées du Grand Erg Occidental et sur la palmeraie verdoyante. 

Le vieux ksar est édifié sur un plateau rocheux Les maisons millénaires en « toub » rouge semblent défier les outrages du temps, tandis que certains ksour ont été restaurés. La palmeraie sur les rives d’ oued Zouzfana Déambuler dans la palmeraie de Taghit, qui abrite une riche végétation et de majestueux palmiers dattiers, est incontournable lorsqu’on pose son sac à dos dans cette oasis. 

Cette palmeraie court sur une vingtaine de kilomètres et borde l’oued Zouzfana qui s’enfonce dans la Saoura jusqu’à Igli où il fusionne avec oued Guir pour former oued Saoura. 

Vous irez à la découverte de très jolies gravures rupestres gravées par les anciens : antilopes, autruches, gazelles, girafes, chevaux, éléphants : Tahtanya, Barrebi.

 Chaque région garde jalousement ses mystères. Ski ou balade à dos de dromadaire sur les dunes Crapahuter sur les immenses dunes du Grand Erg occidental et contempler le coucher du soleil. 

Impossible de faire l’impasse sur ces deux points. Un moment magique qu’il ne faut pas oublier d’immortaliser par un clic afin de partager les photos sur les réseaux sociaux. On peut louer des skis et s’élancer du sommet de la dune géante. 

Adrénaline au top et sensations fortes garanties. Pour les amateurs de squad, la vitesse sur quatre roues dans l’immensité du désert vous donnera un coup d’ivresse. Sinon, une balade à dos de dromadaire fera l’affaire.

Les plus téméraires essayeront des bains de sable. Excellents parait-il pour soigner certains bobos genre rhumatismes, arthroses, douleurs articulaires et autres « joyeusetés ». 

Bivouac et séjour dans une maison d’hôte traditionnelle Faire un bivouac et admirer les étoiles scintillantes qui ponctuent le ciel, quel bonheur ! Les étoiles semblent si proches qu’on a l’impression de les toucher juste en tendant le bras. 

Découvrir les maisons traditionnelles en passant la nuit chez l’habitant, dans une maison d’hôte (Ksar). Siroter les trois thés de l’amitié. Selon l’adage, le premier est amer comme la vie. Le second est fort comme l’amour. 

Et le troisième est doux comme la mort. Ville aux trésors enfouis, Taghit, qui a traversé les âges pour nous transmettre un riche héritage est une invitation au rêve, à l’évasion, à l’altérité. Telle une belle vierge, elle exhibe les atouts touristiques et toute la splendeur que dame Nature lui a conférés. 

Quant à l’hospitalité des habitats, les gérants d’une vingtaine de maison d’hôte, dont la majorité sont des jeunes du cru et qui s’adonnent à cette formule du « Tourisme chez l’habitant », reçoivent souvent les groupes de touristes ayant décidé d’un séjour dans cette région.

Totalisant une capacité d’accueil de plus de 200 lits, ces maisons d’hôte dont certaines sont situées dans le ksar plus que millénaire de Taghit et ailleurs dans la même localité, répondent aux attentes d’une certaine catégorie de touristes qui veulent être en contact direct avec les habitants de cette localité, selon leurs traditions et art culinaire. 

Des dispositifs de sécurité ont été mis en place par la gendarmerie nationale et la sûreté nationale, la protection civile ainsi que d’autres dispositions ont été prises par les autres secteurs concernés pour faciliter le séjour des touristes dans la région. 

Le silence retombe à partir du mois de janvier sur les dunes dorées de Taghit. 

Silence réparateur et triste à la fois. Après une semaine d’ambiance intense, à la faveur du réveillon de fin d’année, la ville-palmeraie, l’une des destinations les plus prisées du tourisme saharien, retrouve les habitudes des jours ordinaires. 

Les ruelles sont presque désertes. La place, où s’installent habituellement les vendeurs ambulants des produits d’artisanat durant les derniers jours de décembre, est vide, balayée par le vent glacial de l’hiver. 

Seul un commerçant, venu du Nord, garde « la boutique » ouverte avec quelques objets traditionnels, dont certains sont importés, des chèches de toutes couleurs et des bonnets en laine. 

Magnifique période pour les touristes qui veulent s’en évader et se déconnecter du bruit de la ville. Cependant, le nombre de touristes de Taghit peut dépasser les 60.000 durant l’année. 

L’hiver est pourtant considéré comme « la haute saison » du tourisme saharien. Saison qui dure d’octobre à mai. Au cœur du Sahara, le sable et la chaleur sont instrumentalisés à des fins curatives. 

L’exemple le plus frappant est celui des ‘’bains de sable’’ ou la ‘’sablo thérapie’’ dont l’usage est en pleine expansion. Une médecine douce qui s’adresse aux personnes souffrantes de rhumatismes. 

Pratiqués depuis des siècles par les populations du Sud algérien, notamment celles localisées au niveau des dunes de l’Erg occidental, comme Taghit, les bains de sable suscitent depuis le début des années 90 un engouement chez les populations locales et celles des régions du Nord du pays.

On vous OFFRE 50 € de remise sur les premiers Raids. Ne ratez pas l'occasion !

Demander le coupon !

rejoignez-nous !